RCA-FMI/ COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF A LA 4e REVUE

Mai 11, 2018
RCA-FMI/ COMMUNIQUE DE PRESSE RELATIF A LA 4e REVUE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° 18/167: LES SERVICES DU FMI SONT PARVENUS A UN ACCORD SUR LA QUATRIÈME REVUE DU PROGRAMME TRIENNAL APPUYÉ PAR LA FACILITE ÉLARGIE DE CRÉDIT

 

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de conclusions préliminaires après un séjour dans le pays. Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du Conseil d’administration du FMI. À partir des conclusions préliminaires de cette mission, les services du FMI prépareront un rapport qui, sous réserve de l’approbation de la Direction, sera présenté au Conseil d’administration pour examen et décision.

• Le retour à la paix et la mise en œuvre accélérée du programme de développement sont essentiels pour une reprise économique durable et une réduction de la pauvreté.
• La croissance est estimée à 4,3 % en 2017 et projetée à 5 % à moyen terme.
• La mission encourage les autorités à accélérer la mise en œuvre des réformes visant à augmenter la mobilisation des recettes intérieures, améliorer l’efficacité des dépenses et renforcer la transparence et la gouvernance.
Une équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Samir Jahjah, a séjourné à Paris du 4 au 11 mai 2018 pour finaliser les discussions dans le cadre de la quatrième revue du programme, appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Celles-ci ont été entamées à Washington, D.C. durant les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale.
Au terme de la mission, M. Jahjah a rendu publique la déclaration suivante :
« L’équipe du FMI est parvenue à un accord avec les autorités sur les politiques économique et financière qui, sous réserve de l’approbation de la direction et du Conseil d’Administration du FMI, pourraient sous-tendre l’achèvement de la quatrième revue du programme triennal appuyé par la FEC.
« Les performances économiques de la République Centrafricaine (RCA) restent bonnes malgré la détérioration et la volatilité de l’environnement sécuritaire et la hausse des cours du pétrole. La croissance économique est estimée à 4,3 % en 2017, soutenue par une bonne performance des secteurs forestiers et du BTP. Elle est projetée à 5 pour cent en moyenne sur le moyen terme. En 2017, l’inflation a été contenue à 4,1 % et devrait baisser progressivement.
« L’arrêt des affrontements, la restauration de la paix, le redéploiement de l’Etat et la mise en œuvre assidue des réformes sont essentiels à une reprise économique soutenue.
« La mise en œuvre du programme est globalement satisfaisante. Les données et informations communiquées dans le cadre de la quatrième revue indiquent le respect de tous les critères de performance quantitatifs à fin décembre 2017, à l’exception des recettes intérieures qui restent inférieures à l’objectif du programme. Les discussions du programme ont été centrées sur les mesures correctives visant à améliorer la trajectoire des recettes intérieures, et sur les lignes directrices du budget révisé de 2018 qui sera soumis au Parlement avant mi-juin. La hausse du cours du pétrole pourrait, cependant, réduire les recettes en l’absence de révision de la structure des prix à la pompe.
« La mission encourage les autorités à poursuivre la consolidation du compte unique du trésor. L’intégration de la parafiscalité dans le compte unique du trésor est une première étape importante. Ensuite, l’élimination prévue des taxes et redevances qui n’ont pas de justification économique devrait stimuler le développement du secteur privé. La mission encourage les autorités à améliorer l’efficacité des dépenses publiques, à promouvoir la transparence et la bonne gouvernance et à limiter l’endettement, y compris les financements hautement concessionnels afin de préserver la viabilité de la dette.
« La mission salue les efforts du gouvernement sur la mise en oeuvre du plan d’apurement des arriérés commerciaux et sociaux, en conformité avec les recommandations d’un audit indépendant finalisé en octobre 2017. Compte tenu du montant significatif des arriérés de salaire et de pension à apurer, il sera important de suivre de près la mise en œuvre de ce processus pour garantir la transparence et assurer le paiement aux bénéficiaires et ayant droits. Le succès du processus d’apurement pourrait aider à renforcer la cohésion sociale.
« L’équipe du FMI a eu des entretiens avec le Président Touadéra, le Ministre des Finances et du Budget, M. Dondra, le Directeur National de la BEAC, M. Chaibou, des hauts responsables du gouvernement, des représentants de l’Union Européenne et de l’Agence française de développement. Elle tient à remercier les autorités de leur collaboration et des discussions constructives. »