Communications

L’UNION EUROPÉENNE ANNONCE UNE AIDE BUDGÉTAIRE DE 20 MILLIONS D’EUROS ET UNE AIDE SPÉCIFIQUE DE 3.7 MILLIONS D’EUROS POUR LE SECTEUR DE LA SÉCURITÉ AU MINISTRE DONDRA

Le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra a reçu en audience, ce jeudi 14 novembre 2019, en son cabinet, une délégation de l’Union Européenne conduite par madame Francesca Di Mauro, Directrice générale Afrique centrale, chargée de la coopération et du développement de l’Union Européenne. L’appui budgétaire de cette institution européenne était au centre des échanges.

En savoir plus...

COUR DES COMPTES: LE MINISTRE DONDRA REÇOIT LE RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES AU TITRE DE L’EXERCICE BUDGÉTAIRE 2016

Dans le cadre de ses missions principales consistant à juger la régularité des comptes établis par les comptables publics dans les différents services de l’État et de s’assurer du bon emploi de l’argent public, une équipe de la Cour des comptes conduite par son Procureur général Nestor Sylvain Sanzé, a été reçue ce matin du mercredi 13 novembre par le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra. Cette délégation était venue remettre le rapport de ladite Cour à l’argentier national.

En savoir plus...

LES SERVICES DU FMI ACHÈVENT UNE MISSION EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

Les services du FMI achèvent une mission en République centrafricaine

le 8 novembre 2019

Les communiqués de presse de fin de mission contiennent des déclarations des équipes des services du FMI qui rendent compte de leurs conclusions préliminaires. Les avis exprimés dans la présente déclaration sont ceux des services du FMI et ne correspondent pas nécessairement à ceux du Conseil d’administration du FMI.

  • Les services du FMI se félicitent des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation.
  • Les développements économiques récents ont été globalement positifs, avec une accélération de la croissance économique, une inflation maîtrisée, et une réduction du compte des transactions courantes. Toutefois, les recettes budgétaires sont inférieures aux attentes.
  • Les autorités centrafricaines et l'équipe du FMI ont discuté d’un programme de politiques économiques et de réformes structurelles pour les 3 années à venir, qui pourrait être soutenu par un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit. Ces discussions se poursuivront au cours des prochains jours.

 

Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Édouard Martin a séjourné à Bangui du 28 octobre au 8 novembre 2019 pour discuter du programme de politiques et réformes économiques que le gouvernement entend mettre en œuvre au cours des trois prochaines années et qui pourrait être soutenu par le FMI dans le cadre d’un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) .

À l’issue de la visite, M. Martin a fait la déclaration suivante :

« L’équipe du FMI se félicite des progrès accomplis dans la mise en œuvre de l’Accord politique de paix et de réconciliation signé le 6 février dernier, qui a contribué à une réduction graduelle de la violence dans le pays. Si ils demeurent fragiles, ces progrès démontrent le potentiel de l’accord à améliorer la sécurité en République centrafricaine et par la même de créer les conditions pour une croissance soutenue et une réduction durable de la pauvreté.

« Les développements économiques récents ont été globalement positifs. La croissance économique, tirée par les activités minières et forestières et du BTP, devrait atteindre 4½ % cette année et 5 % l’année prochaine. L’inflation reste maitrisée, étant prévue à environ 3½ % en 2019 et moins de 3 % en 2020. Le déficit du compte des transactions courantes devrait se réduire à 5.5 % du PIB en 2019, du fait principalement du montant exceptionnel du soutien budgétaire consenti par les partenaires économiques et financiers. Le secteur bancaire reste amplement capitalisé et liquide. Cependant, les recettes budgétaires ont été inférieures aux attentes. Ceci est d’autant plus préoccupant que la mobilisation des recettes est essentielle au financement durable des besoins de dépenses les plus pressants du pays.

« Les perspectives économiques favorables font l’objet de risques substantiels, à la baisse du fait de la situation sécuritaire volatile et des risques de ralentissement de l’économie mondiale, et à la hausse en liaison avec la mise en œuvre de l'accord de paix.

 

« Les discussions de la mission se sont concentrées sur le programme de politiques économiques et de réformes structurelles que le gouvernement entend mettre en œuvre au cours des trois prochaines années dans le cadre du Plan de relèvement et de consolidation de la paix (RCPCA) et qui pourrait être soutenu par le FMI dans le cadre d’un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit. S’appuyant sur les progrès réalisés au cours des 3 dernières années, ce programme visera à réduire d’avantage les déséquilibres budgétaires et extérieurs tout en favorisant une croissance vigoureuse et durable et la réduction de la pauvreté. Il s’appuiera sur une politique budgétaire saine, visant à assurer le financement durable des besoins en matière de dépenses humanitaires, sociales, de sécurité, et d'infrastructure par de nouveaux efforts de mobilisation des recettes intérieures et de rationalisation des dépenses non-prioritaires. Il reposera aussi sur un programme ambitieux et réaliste de réformes structurelles ayant pour but de : renforcer davantage les institutions et la gouvernance du pays, ce qui est essentiel pour renforcer la cohésion sociale ; et supprimer les goulots d'étranglement et les obstacles réglementaires à l'investissement privé. Ces discussions ont été productives et se poursuivront au cours des prochains jours, dans l’espoir de pouvoir soumettre un nouvel accord à notre Conseil d’administration d’ici la fin de l’année.

 

« L'équipe remercie les autorités pour leur chaleureuse hospitalité, leur coopération et leurs discussions constructives."

L'équipe a rencontré le Président Touadéra, le Président de l'assemblée nationale Ngon-Baba, le Premier ministre Ngrébada, le ministre des Finances Dondra, le ministre de l'Economie Moloua, le Ministre des Mines Mbolifatrane, le Ministre des Eaux et Forêts Amit, le directeur national de la BEAC Chaibou et d'autres hauts responsables gouvernementaux et parlementaires. L'équipe a également rencontré des représentants du secteur privé, de la société civile, et des partenaires techniques et financiers.

 

Département de la communication du FMI

RELATIONS AVEC LES MÉDIAS

ATTACHÉ DE PRESSE: LUCIE MBOTO FOUDA

TÉLÉPHONE:+1 202 623-7100COURRIEL: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

En savoir plus...

FIN DE MISSION DU FMI : LA RCA PEUT ESPÉRER LA SIGNATURE D’UN NOUVEL ACCORD AXE SUR TROIS PILIERS AVEC LE FMI

Au cours d’une conférence de presse conjointement animée par le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra et le chef de la mission du Fonds Monétaire International (FMI) Edouard Martin, ce vendredi 8 novembre 2019, dans la salle de réunions du département des finances, la mission du FMI qui a séjourné à Bangui du 28 octobre au 8 novembre, a dévoilé la particularité du nouveau programme en cours de négociation.

En savoir plus...

RCA/FAGACE : LE FAGACE DÉCIDE D’ACCOMPAGNER EFFICACEMENT LE DÉVELOPPEMENT DE LA RCA

Basile Tchakounte, directeur général par intérim du Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique (FAGACE) en mission à Bangui, a échangé, ce lundi 4 novembre 2019, avec le ministre des finances et du Budget Henri-Marie Dondra en son cabinet. La coopération entre le FAGACE et la RCA constitue l’ossature de cette rencontre.  

 

« La République centrafricaine est l’un des Etats fondateurs de FAGACE depuis sa création. C’est normal que dans le cadre de la coopération que les autorités du FAGACE puissent échanger avec les autorités centrafricaines, pour voir ce qu’on peut faire en vue d’impulser l’accompagnement du développement de la RCA à travers les PME/PMI. Demain, nous organiserons une rencontre avec toutes les banques de la place et les partenaires financiers en vue d’accompagner efficacement le développement de ce pays, à travers les garanties que nous allons octroyer aux différentes banques et porteurs des projets »,  a déclaré l’hôte du ministre Dondra au sortir de l’audience. Cette nouvelle peut mettre du baume au cœur des opérateurs économiques centrafricains qui travaillent aujourd’hui dans un contexte très particulier.

 

Pour la gouverne de nos lecteurs, créés en 1978, le FAGACE est un établissement public international à caractère économique et financier spécialisé dans la promotion des investissements publics et privés. L'objet du Fonds est de contribuer au développement économique et social de ses 14 Etats membres, pris individuellement ou collectivement, en participant au financement de leurs projets de développement ou en facilitant leur réalisation par des mesures d'accompagnement comme la bonification ou l'allongement de la durée des crédits. Il importe de noter que l’actuel ministre centrafricain des finances et du budget a occupé le poste de Directeur général du FAGACE de 2009 à 2016.

En savoir plus...